au-fil-de-leau

Vignette de Elastique. Quel contact avec l'Autre ?

Elastique. Quel contact avec l'Autre ?

Vous êtes en contact avec quelqu'un, par exemple les yeux dans les yeux. Tout d'un coup, sans vous y attendre, vous sentez une émotion - de tristesse pour cette fois - qui monte très rapidement, vous avez à peine le temps de vous rendre compte de ce qui se passe en vous que déjà les larmes sont à vos yeux, l'écho de votre émotion dont vous pouvez être le témoin dans le regard de votre partenaire multiplie l'effet et vous voilà en train de pleurer à chaudes larmes.
En analyse transactionnelle, on appelle cela un élastique (nous admettrons que c'est ce qui se passe dans la scène juste au-dessus, même si bien entendu ce n'est pas toujours le cas). Je vous en rappelle la définition  :
«  C'est un processus énergétique par lequel une expérience présente (ou ancienne) vient émotionnellement rappeler (ou nourrir) un événement ancien (ou présent)». (A. de Louise). Et vice-versa.

"S'inscrire en faux contre l'ordre naturel du monde"

Une conférence de Tobie Nathan à l'Université de Tous les Savoirs faite le 7 décembre 2000 intitulée "Psychothérapies - Problèmes de définition et autres problèmes".
 
Pour ma part, en ce qui concerne l'analyse transactionnelle (et le reste, mais nous sommes ici dans un espace AT) j'y entends une confirmation claire de sa définition : un dispositif théorique et pratique puissant. Ni plus, ni moins (et c'est déjà pas mal !).
 
Vignette de ATscopie

ATscopie

Avec E. Bittar nous nous interrogeons en ce moment sur les questions suivantes. À terme, nous en ferons un article mais je voulais que vous sachiez d'ores et déjà où nous en sommes de nos réflexions et puis peut-être aurez-vous envie de nous donner votre sentiment ou votre avis en bas de cette page sur :
- Qu'est-ce que l'analyse transactionnelle ?
- Qu'est-ce que l'AT n'est pas ?
Vignette de L'homme-qui-avance

L'homme-qui-avance

Dans le dédale des voies qu'offre la vie,L'homme-qui-s'avance s'interroge ;Le vacarme des conseils lui semble assourdissant. Les impérieux avis de « ceux-qui-savent » (et qui ont oublié de regarder…) font fi :De ses envies,De ses talents,De ses blessures enfouies ; Et voilà que les dogmes, et les modes et les normes en vigueur (éphémères dictatures d'une époque)S'empressent et le pressent à passer par des portes qui ne sont pas les siennes,S'imposent et le posent en des lieux qui ne sont pas les siens,L'attirent et le tirent sur des chemins incertains. Devant l'infini que lui offre la vie, l'homme-en-marche s'arrête :Il écoute le souffle de son cœur qui lui raconte sa légende personnelle,Il se laisse caresser par les vents du passé qui l'ont façonné,Il hume les innombrables parfums du futur en quête de celui qui lui convient.Alors, l'homme-en-pause s'aperçoit qu'il n'est plus seulEt observe, confiant, les phares qui jalonnent sa route. Alors, l'homme-en-pause parvient à sourire à son passé, sans rancune et sans regret, fier de l'aventure, fort de l'aventure.Alors, l'homme-en-pause comprend qu'il est la Vie, cette flamme en devenir que les vents du futur peuvent attiser ou éteindre.Et l'homme-nouveau-en-marche reprend sa route vers SA liberté. 
EBJ
Vignette de Rendons au Parent...

Rendons au Parent...

Rendons au Parent ce qui lui appartient
L'Etat du moi Parent est souvent présenté ainsi : il enregistre et conserve l'ensemble des pensées, sentiments et comportements de figures d'autorité introjectées, c'est-à-dire purement et simplement copiées-collées. Pour l'enfant, il s'agira de figures parentales mais, l'Etat du moi Parent ne cessant pas d'exister avec la croissance, la personne une fois adulte pourra alors y intégrer d'autres figures d'autorité ; un grand professionnel, un maître à penser, etc. Dans ce dernier cas, j'utilise le mot « intégrer », puisqu'il s'agit d'une modélisation positive et non d'une introjection…. Mais, comme vous, j'ai remarqué ce changement de vocabulaire et je me suis interrogé : comment l'Etat du moi Parent « réservoir d'introjections » pour l'enfant peut-il devenir pour l'adulte un « réservoir de modélisations » ?
J'ai l'impression que présenter l'Etat du moi Parent ainsi c'est ne pas faire le distinguo entre sa fonction et « l'usage » qui peut en être fait.
Vignette de Sans toi...

Sans toi...

Irvin Yalom ((Professeur émérite de psychiatrie à Standford et écrivain américain)) (sans aucun doute un lecteur d'Éric Berne, il le cite d'ailleurs dans "
Mensonges sur le divan
") nous fournit un exemple limpide du

Flux RSS des commentaires
Flux RSS des pages