au-fil-de-leau

Vignette de Stop and go ?

Stop and go ?

C'est l'histoire d'un scientifique qui veut systématiser les lois amoureuses… Entreprise hasardeuse s'il en est puisque nous savons que le cœur et la raison sont deux systèmes aussi éloignés qu'ils sont "matériellement" proches… Je m'apprêtais donc à cliquer plus loin lorsque j'ai été accroché par les résultats obtenus par John Gottman : "Prédit la date du divorce, même pour les couples heureux. 95 % de réussite" (LeMonde.fr, 14/02)… Ah quand même !
Comment fait-il ? John Gottman a visionné, depuis 1972, des milliers de couple dialoguant entre eux pendant 10 minutes et il a repéré que l'observation de l'expression de "micros-émotions", c'est-à-dire des émotions apparaissant furtivement avant d'être contrôlées : expressions de mépris (lever les yeux au ciel par exemple), de jugement (ton sec…), de dérobade (fuite du regard…), peuvent en dire beaucoup aussi bien sur l'observé que sur la relation elle-même.
Et il a effectivement systématisé ses recherches avec "L'équation de l'amour" suivante : 3  4  5  5/1  7

The Script : l'interview d'AT.fr

The Script est une publication mensuelle de l'ITAA (International Transactional Analysis Association) qui rassemble des articles de fond aussi bien que les événements, les dates ou les nouvelles à l'international du monde de l'AT. Depuis un peu plus d'une année, les numéros du Script sont en accès libre sur le site de l'ITAA, j'avais eu l'occasion de vous en parler lors d'un précédent billet.
Laurie Hawkes, rédactrice en chef du Script, intéressée par la formule de votre blog préféré et - avec votre précieuse collaboration - par son succès, donne la parole en ce mois de février à AT.fr ! C'est l'occasion d'un tour d'horizon :  les origines du blog, ses coulisses, son bilan d'étape… et c'est par ici :

Fanita English on TV

Voici une vidéo (en anglais) prise lors du congrès de 2011 sous le soleil de Bilbao. Un cadeau de la part de Fanita English qui intéressera chacun quelque soit, bien sûr, son niveau d'appropriation de la théorie.  Et pour celles et ceux qui ne connaissent pas Fanita English, quelques mots de présentation :
Thérapeute de renommée internationale, Fanita English est née en Roumanie, a passé son enfance à Istanbul et étudié à Paris, elle s'est ensuite installée comme psychanalyste puis comme psychothérapeute aux États-Unis. Formée par Éric Berne à l'analyse transactionnelle, elle fut également l'élève de David Kupfer et de Fritz Perls. Elle fonda en 1970 à Philadelphie le Eastern Institute of Transactional Analysis and Gestalt et a enseigné dans de nombreux pays. Elle vit actuellement en Californie.
Fanita English tient également un blog ICI. Enfin, pour tout savoir, vous avez ICI une liste de ses ouvrages parus en français.
Vignette de L'Univers, le couple et le thermos

L'Univers, le couple et le thermos

L'Univers, le couple et le thermos

Un couple peut se séparer pour mille raisons apparentes, mais si, finalement, il y avait une donnée essentielle qui conditionne tout le reste… Une interview de John Aizicovici qui nous donne sa vision pour cultiver la vie à deux… et un bel exemple d'application pratique des

Guy Corneau

Guy Corneau a écrit un nouveau livre sorti au printemps dernier "Revivre !" (Les Éditions de l'Homme, 2011). Je ne l'ai pas lu mais j'ai assisté avec bonheur à l'une de ses soirées-conférence où, simplement et brillamment à la fois, il nous a fait part de la médecine qu'il a utilisée pour se guérir d'un cancer de dernier stade. En cela, il joint sa parole à celle de David Servan-Schreiber, et vous pourrez d'ailleurs lire le billet qu'il lui a dédié sur son blog. Retour au sens, à soi, à son corps, mémoire cellulaire et médecine énergétique, pour moi ces hommes sont, parmi tant d'autres, des pionniers courageux qui contribuent à changer profondément le regard que l'on porte sur soi, sur l'autre et sur le monde qui nous entoure, et ce dans les grandes largeurs.
Ce n'est donc pas un billet sur "Revivre !" que je vous propose, mais sur son précédent ouvrage "Victime des autres, bourreau de soi-même" (R. Laffont, 2003). Le titre le laissait supposer… et effectivement Guy Corneau fait référence, sans surprise donc mais avec justesse, à l'analyse transactionnelle. Plus précisément, au chapitre 7 intitulé "Le jeu de la victime et du bourreau",  il a recours aux concepts de positions de vie, et de jeux psychologiques (Triangle dramatique).
Si vous êtes intéressé(e)s par ces concepts, vous pourrez les découvrir ici dans une première présentation générale, avec quelques éléments simples pour éviter de rentrer dans le Triangle. Je ne vous en dis pas plus… à vous de jouer ! (enfin…)
Ah si, je retiens une excellente citation qu'il reprend d'Éric Berne sur une question qu'on me pose souvent : mais pour quoi jouons-nous ? Ici, j'aime répondre (sourire aux lèvres) : "pour occuper le temps", si je sais que le concept de structuration du temps n'est pas étranger à mon interlocuteur ou "pour tenter de résoudre, enfin, des séquences relationnelles archaïques pendantes" si je suis sûr que la notion de scénario est connue.

Gestion des conflits

Cécile Guéret, rédactrice, nous présente "Trois techniques pour mieux s'entendre", techniques incontournables, selon elle, de la gestion des confits : la méthode Espère, la communication non-violente et l'analyse transactionnelle (qu'elle soit remerciée de ce lien !).
La partie consacrée aux États du moi est opportune, s'agissant d'une grille de lecture de ce qui se passe chez moi, chez l'autre, dans la relation, c'est un concept puissant qui peut amener à clore un conflit, en en comprenant les schémas sous-jacents. L'exemple donné est courant : le subordonné qui répond à son responsable à partir de son Enfant Adapté Rebelle. On pourra alors observer si ledit responsable est de son côté dans son État du moi Parent Normatif (négatif ?), s'il se rejoue entre eux un schéma relationnel sous-jacent type père-fils, etc. Vous pourrez trouver d'autres exemples dans l'article dédié à ce concept.
La référence aux transactions nécessite peut-être, quant à elle, quelques précisions. Une transaction c'est un échange entre deux personnes, un aller-retour de signes de reconnaissance (verbal ou non verbal). Exemple : bonjour, ça va ? Oui, ça va - est une transaction. Il peut être utile de préciser qu'une transaction n'est pas une facette de notre personnalité (ce qui serait plutôt le contenu de l'un de nos États du moi).
Vignette de L'horreur relationnelle

L'horreur relationnelle

Bien sûr il y a le contenu : les accusations d'espionnage et de corruption de Renault sur trois cadres, un licenciement pour faute lourde en vue, une mise à pied conservatoire immédiate. Nous savons également la suite de l'histoire : des actes constitutifs d'espionnage inexistants, les cadres réintégrés avec dommages et intérêts trois mois plus tard et le directeur juridique ainsi que son supérieur licenciés, ce qui donne une gravité particulière à la scène dont nous sommes, je ne sais par quels moyens, les témoins. Mais, quoi qu'il en soit, la manière dont le directeur juridique (Christian) reçoit le cadre en question (Matthieu) et conduit l'entretien est pour moi l'exemple d'une véritable horreur relationnelle.
Vous pourrez écouter cet enregistrement sur le site de l'Express ou, à défaut, lire la retranscription intégrale ici (des mots seulement cependant, non du para-verbal et de l'ambiance générale).
Nous avons ainsi un directeur pour lequel les rituels, même ici, sont importants :
Vignette de À l'usage des accompagnants

À l'usage des accompagnants

"Si tu viens pour m'aider, tu perds ton temps… Mais si tu viens parce que tu penses que ta libération est liée à la mienne, alors commençons à travailler ensemble". Lisa Watson, éducateur, Aborigène d'Australie.
Bien sûr, dans un cadre professionnel, c'est celui qui est "en demande" qui s'adresse à une personne ressource et non l'inverse ; mais dans un cadre privé, c'est déjà beaucoup moins vrai.
Cependant, dans tous les cas cette citation peut sans doute être utile pour éviter quelques écueils relationnels, par exemple :
Vignette de S'engager, renoncer, être libre

S'engager, renoncer, être libre

"Comme si en ne faisant rien, je pouvais trouver mon chemin"… voilà une phrase que n'auraient sans doute pas reniée les Schiff ! Les choix, la peur, l'apprentissage… et beaucoup d'autres choses avec cette chanson de Calvin Russel.
Prenez 6 minutes de votre temps pour écouter cette magnifique chanson de Calvin Russel "Crossroads", de l'album Le Voyageur. Une chanson dans la plus pure tradition de la fameuse croisée des chemins du blues. Et une belle illustration, selon moi, de ce que l'on appelle le scénario en AT. C. Russel nous rappelle que faire un choix, c'est s'engager, c'est aussi renoncer à ce que l'on ne vivra pas, c'est exercer sa liberté… et non la perdre.
Vignette de Martine Walter

Martine Walter

Voilà quelques mots difficiles à écrire, que jamais je n'aurais pensé avoir à écrire. Cet article, sur ce site dédié à l'analyse transactionnelle, lu par de nombreux passionnés ou curieux de l'AT, ce sera ma façon de rendre hommage à Martine Walter ; et je pense aussi à vous qui peut-être aurez à coeur de laisser ici un message.
Martine a été l'une de mes formatrices en AT, j'avais envisagé également de me mettre en contrat sous sa supervision. Son départ si rapide, bien avant l'âge qui donne à penser que l'échéance se rapproche, est pour moi une nouvelle bien rude.
Martine Walter fait partie des belles personnes que j'ai eu la chance de rencontrer à ce jour. Ce que j'ai pu apprécier dans nos échanges et ceux dont j'ai été le témoin c'est sa justesse : de positionnement, de feedbacks, de strokes… Et ce qui m'a littéralement fasciné chez elle, c'est la puissance, la finesse de son intuition. Si l'intuition c'est "notre intelligence au galop", chez Martine c'était un Pur-sang arabe.

Flux RSS des commentaires
Flux RSS des pages