Page introuvable

La page demandée /p-p_Les_grands_conceptsles_meconnaissances n'est plus accessible ou n'a jamais existée.
Voici des contenus en relation avec la page demandée :

Les signes de reconnaissance

Vignette de Les signes de reconnaissance

Les signes de reconnaissance en Analyse Transactionnelle

Au carrefour entre l'intrapsychique et le comportemental, entre les besoins de base, le scénario ou les positions de vie et les transactions, les signes de reconnaissance est un concept puissant que j'apprécie beaucoup.
Voici deux extraits dans lesquels vous allez pouvoir découvrir ce que sont les signes de reconnaissance… aux deux extrêmes :
  • Ignatius vient de se reconvertir en vendeur de saucisses ambulant, mais, au grand dam de ses clients, il préfère les manger que les vendre : "Je dis que t'es complètement givré, timbré, s'coué, t'entends ? aboya George [le client] (…). Comment osez-vous venir me crier des obscénités ? Arrêtez-le ! lança férocement Ignatius tandis que George se fondait dans la foule (…). Qu'un bon citoyen se saisisse de ce délinquant juvénile ! De ce répugnant mineur ! Il n'a pas le moindre respect. Ce rejeton du ruisseau a mérité le fouet jusqu'à l'évanouissement ! Une femme du groupe qui s'était formé autour de la saucisse ambulante dit alors : Si c'est pas malheureux ! Où qu'y vont les chercher les vendeurs de saucisses, non mais c'est pas vrai ! Paumés, c'est tout paumés et compagnie, lui répondit une voix. Tout ça c'est l'pinard, si vous voulez savoir. C'est ça qui les rend fous, à mon avis. On devrait pas laisser des lascars comme ça en liberté dans les rues" ((J. Kennedy Toole, La conjuration des imbéciles, 10/18, p. 199)).

Les méconnaissances

Les méconnaissances en Analyse Transactionnelle

Les méconnaissances, ce concept a été créé par Aaron et Jacqui Schiff ((Passivité , Classiques AT, Editions AT, Vol. 2, p. 139)) au début des années 1970 et approfondi par Ken Mellor et Éric Schiff ((Méconnaissances , ibid., p. 151)). C'est un concept qui, une fois encore, est en lien avec l'intrapsychique et le comportemental. Il s'avère très efficace dans un certain nombre d'applications, notamment pour la résolution de problèmes.
  • Commencez par ce savoureux extrait, il ne doit pas vous être inconnu :
Là-dessus ils découvrirent trente ou quarante moulins à vent qu'il y a en cette plaine, et, dès que Don Quichotte les vit, il dit à son écuyer : "La fortune conduit nos affaires mieux que nous n'eussions su désirer, car voilà, ami Sancho Pança, où se découvrent trente ou quelques peu plus démesurés géants, avec lesquels je pense avoir combat et leur ôter la vie à tous, et de leurs dépouilles nous commencerons à nous enrichir : car c'est ici une bonne guerre, et c'est faire grand service à Dieu d'ôter une si mauvaise semence de dessus la face de la terre.

Les psys et la loi : saison 4

Loi et psy

La loi, savez-vous que la publication quotidienne concernant la vie de l'Assemblée Nationale s'appelle un Feuilleton ?  On ne peut faire mieux tant il est vrai que la mise en forme légale d'une réalité sociale, économique etc. relève d'un véritable… scénario (!?).
Mais pourquoi faire référence au législateur quand la loi qui nous occupe a été votée depuis 2004 ? Vous pourrez donc, si le cœur vous en dit, compulser l’œuvre intitulée loi n°2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique. Et vous verrez que beaucoup reste à faire : le législateur a fait son travail - il a voté - reste l'essentiel : mettre en pratique, d'où la nécessité de ce que l'on nomme les décrets d'application. Et ça c'est suffisamment complexe pour que d'autres prennent le relais, en l’occurrence les Conseillers d’État.
Aux analystes transactionnels en contrat dans le champ psychothérapie et à ceux qui souhaitent devenir psychothérapeute, voici donc les dernières actualités.

Les transactions

Vignette de Les transactions

Les transactions - Analyse Transactionnelle

Une transaction c'est un échange de signes de reconnaissance, verbal ou non verbal, entre deux personnes, c'est-à-dire un stimulus et une réponse à ce stimulus. La grille de lecture proposée par Éric Berne permet, à partir d'un découpage simple, de penser avec beaucoup de pertinence la façon dont nous sommes en rapport les uns avec les autres. Avant d'aller plus loin, je vous conseille de lire au préalable l'article consacré aux États du moi.
Éric Berne ((Que dites-vous après avoir dit Bonjour? Tchou)) a distingué trois différents types de transactions et trois règles de la communication.
Quels sont les différents types de transactions ?

Les besoins de base

Les besoins de base en Analyse Transactionnelle

Voici trois situations, n'hésitez pas à prendre le temps de les lire et de les imaginer :
  • Vous vous étiez endormi et à présent vous ouvrez les yeux. Il fait totalement noir, vous n'entendez pas un bruit, vous êtes seul et vous ne savez pas où. Lorsque vous étendez les bras autour de vous, rien. Vous vous levez, faîtes quelques pas prudents, mais toujours aucun autre contact que le sol dur. Au bout d'un moment, vous risquez un appel : personne ne vous répond. Ça fait longtemps maintenant que vous marchez, mais tout est désespérément noir et vide… Je sais pas vous, mais moi je commencerais à ne pas me sentir très très bien… Et puis tout à coup, toujours dans le noir et le silence, vos mains viennent se poser sur ce qui semble être un mur ! Vous décidez de le suivre : vous n'êtes peut-être pas entièrement rassuré, mais déjà vous allez mieux (A. Crespelle, Grandir avec le client, CD).
  • À présent, vous êtes dans une pièce aux murs blancs (où noirs mais c'est pour changer un peu), éclairée par l'électricité, dont vous ne distinguez pas les contours. Personne d'autre que vous. Et pas un son ne parvient à vos oreilles. Aucune odeur. Pendant longtemps. Vos yeux sont éblouis par tout ce blanc sans contraste, vos mains endolories à force de ne (quasiment) rien toucher. À un moment, là encore vous ne vous sentirez probablement pas très bien. C'est d'ailleurs ce qu'on appelle la torture par la privation sensorielle.
  • Cette fois, vous êtes au grand jour, dans une rue… et vous n'êtes pas seul ! Chouette des gens ! Sauf que étrangement personne ne vous regarde, ne fait attention à vous. Étrange… Vous faîtes un sourire, personne ne vous le rend, vous demandez l'heure, la personne passe son chemin comme si de rien n'était… Vous avez alors la désagréable sensation d'être transparent(e), voire de ne pas exister (A. de Louise, conférence).
Voilà, c'est tout ! Détendez-vous, prenez une grande respiration et… voyons la suite.

Rechercher un contenu sur le site