Page introuvable

La page demandée /p-le_deuil n'est plus accessible ou n'a jamais existée.
Voici des contenus en relation avec la page demandée :

Prière

Vignette de Prière
Alain Crespelle († 1999) - analyste transactionnel, esprit brillant et thérapeute hors pair, selon les mots de François Delivré - est aujourd'hui une ressource essentielle de nombreux thérapeutes par les écrits qu'il a laissé. Ses contributions ont été réunies dans une série de 10 CD intitulée "
", malheureusement aujourd'hui en rupture de stock.

Parlez-moi de la pluie

Vignette de Parlez-moi de la pluie
Une lecture du film (Parlez-moi de la pluie) au travers de l'analyse transactionnelle.
Deux sœurs se retrouvent à trier les affaires de leur mère à la suite de son décès. L'une est une femme célibataire brillante, sans enfant, qui est en train de se lancer dans la politique et vient faire campagne dans sa ville natale ; l'autre, mariée et mère de famille, se vit comme ayant tout raté. Aucune n'est vue par l'entourage pour ce qu'elle est, mais pour ce qu'elle paraît : la femme forte et sûre d'elle, la femme complexée et dépressive.
Face à ce couple de femmes, deux hommes : un journaliste : divorcé, préoccupé par ses soucis familiaux et amant de la mère de famille. Il est content de cette occasion de faire un reportage, car il est marginalisé dans son milieu professionnel. Il est accompagné d'un caméraman occasionnel qui est le fils de l'ancienne femme de ménage/dame de compagnie de la mère des deux femmes.

Sentiment parasite et éducation

L'éducation des sentiments se fait dans la famille entre deux et quatre ans, affirme Fanita English. Maintenant que l'école commence à accueillir des tout petits dès l'âge de deux ans, il serait intéressant de se pencher sur la façon dont les enfants apprennent les sentiments et sur les conclusions que l'on peut en tirer concernant l'éducation.
L'enfant apprend de ses parents à nommer les choses, les actions, à dire ce qui se passe en lui : ses désirs, ses besoins, ses émotions, ses sentiments. C'est là que joue le filtre familial car certains désirs et certains besoins ne sont pas reconnus par la famille, certaines émotions sont rejetées et considérées comme menaçantes, certains sentiments sont bannis. Or ils existent. En revanche, d'autres sentiments sont cultivés. Ils sont l'occasion de recevoir des signes de reconnaissance. Ce sont : la religion, la culture, mais aussi l'histoire familiale qui les déterminent. Les cris et les disputes ne sont-ils pas pour les uns signe de discorde et menace de violence, pour les autres, signe de vie, d'échange joyeux et sans contrainte ? F. English insiste sur le cheminement de l'émotion à l'action. Normalement, la personne ressent une émotion qu'elle identifie. Elle a le choix de l'exprimer par des mimiques, des gestes, des paroles, des cris ou des actes. Elle peut différer l'expression, l'atténuer ou y renoncer. C'est un vrai choix. Seuls les délinquants tirent le couteau à la moindre colère.
L'éducation joue à deux niveaux : identifier et nommer qui est une mise en ordre par le langage de la confusion du monde et ensuite voir quelles sont les options et décider de son action.
Je laisserai de côté les aspects plus techniques concernant l'apprentissage des règles de la communication et la nécessaire prise de conscience par l'enfant que "l'émetteur du message n'est pas récepteur", ce qui se concrétise dans les modifications de la personne du verbe. Le langage est un des moyens de construction d'un individu qui se définit progressivement comme distinct d'autrui. La difficulté de l'adulte, face un enfant, vient de ce qu'il considère les mécanismes du langage comme "évidents". De même pour les sentiments, chacun s'imagine que son identification ne pose de problèmes à personne. C'est le mérite de F. English d'avoir attiré notre attention sur ce point. Certaines personnes en effet dans une situation où l'on s'attendrait à leur voir exprimer de la colère, fondent en larmes et montrent de la tristesse. Quand d'autres ont peur, elles se mettent en colère. L'expression n'est pas adéquate. C'est comme si la personne ignorait son sentiment réel. Dans une situation de perte ou de deuil, on peut se lancer dans des activités qui sont de l'agitation plutôt que de se laisser ressentir la douleur, de l'accepter, de l'exprimer.

Rechercher un contenu sur le site