Page introuvable

La page demandée /p-journee_fregat_2012 n'est plus accessible ou n'a jamais existée.
Voici des contenus en relation avec la page demandée :

Congrès ITAA 2010

"J'ai le plaisir de vous écrire pour vous inviter à venir à Montréal pendant quelques jours en août prochain, du 8 au 15, afin de fêter ensemble les 100 ans de la naissance d'Éric Berne.
C'est le moment de réserver vos vols pour obtenir les prix les plus bas, et pour envisager un séjour au Delta Hôtel où se tiendra ce congrès "différent".
Le lundi et le mardi auront lieu 6 séminaires d'une ou deux journées, visant un apprentissage approfondi avec des présentateurs internationaux. Les inscriptions se font par ordre d'arrivée.
Le mercredi en fin d'après-midi, nous nous réunirons pour un apéritif avec tapas afin de rencontrer la "Première Génération", ceux qui ont connu Éric Berne, qui partageront avec nous leurs souvenirs de l'homme drôle et vif d'esprit qu'il fut.

Contrôler l'autre

Le jeu de pouvoir ((Voir L'autre face du pouvoir, Desclée de Brouwer 1995)), concept développé par Claude Steiner, décrit avec précision les tentatives pour contrôler autrui. Elles passent par le corps (et visent à intimider), ou par le langage (et visent à séduire, à inspirer honte et culpabilité). Elles sont grossières et évidentes ou subtiles et presque indiscernables. Toutes passent par l'action sur autrui (actives) ou par la résistance à autrui (passives). Ces tentatives peuvent échouer ou réussir avec le risque dans ce cas d'installer une relation de pouvoir régulière entre les deux partenaires. Les rôles professionnels de commandement suscitent des relations entrainant facilement des jeux de pouvoir.
J'ai longuement développé dans mon livre " Sortir des conflits " ((Sortir des conflits, Méthode et outils pratiques avec l'analyse transactionnelle, InterEditions 2009)) ces différentes tentatives pour contrôler autrui et les stratégies pour résister, partant du principe qu'une relation quelle qu'elle soit ne s'installe qu'avec l'accord implicite des deux partenaires, sauf cas d'abus de faiblesse par personne exerçant l'autorité.
J'ai montré comment nous avons appris, enfants, de notre entourage, les différentes manières d'exercer le pouvoir en imitant les adultes en situation de pouvoir ou en leur résistant avec les stratégies des faibles, stratégies qui sont celles des comportements passifs et qui vont de « ne rien faire » à la violence contre l'autre ou contre soi-même (incapacitation).
Les lecteurs ont pu identifier s'ils appartenaient plutôt à la catégorie des joueurs naïfs, impulsifs, manipulateurs ou coopératifs.

Les besoins de base

Les besoins de base en Analyse Transactionnelle

Voici trois situations, n'hésitez pas à prendre le temps de les lire et de les imaginer :
  • Vous vous étiez endormi et à présent vous ouvrez les yeux. Il fait totalement noir, vous n'entendez pas un bruit, vous êtes seul et vous ne savez pas où. Lorsque vous étendez les bras autour de vous, rien. Vous vous levez, faîtes quelques pas prudents, mais toujours aucun autre contact que le sol dur. Au bout d'un moment, vous risquez un appel : personne ne vous répond. Ça fait longtemps maintenant que vous marchez, mais tout est désespérément noir et vide… Je sais pas vous, mais moi je commencerais à ne pas me sentir très très bien… Et puis tout à coup, toujours dans le noir et le silence, vos mains viennent se poser sur ce qui semble être un mur ! Vous décidez de le suivre : vous n'êtes peut-être pas entièrement rassuré, mais déjà vous allez mieux (A. Crespelle, Grandir avec le client, CD).
  • À présent, vous êtes dans une pièce aux murs blancs (où noirs mais c'est pour changer un peu), éclairée par l'électricité, dont vous ne distinguez pas les contours. Personne d'autre que vous. Et pas un son ne parvient à vos oreilles. Aucune odeur. Pendant longtemps. Vos yeux sont éblouis par tout ce blanc sans contraste, vos mains endolories à force de ne (quasiment) rien toucher. À un moment, là encore vous ne vous sentirez probablement pas très bien. C'est d'ailleurs ce qu'on appelle la torture par la privation sensorielle.
  • Cette fois, vous êtes au grand jour, dans une rue… et vous n'êtes pas seul ! Chouette des gens ! Sauf que étrangement personne ne vous regarde, ne fait attention à vous. Étrange… Vous faîtes un sourire, personne ne vous le rend, vous demandez l'heure, la personne passe son chemin comme si de rien n'était… Vous avez alors la désagréable sensation d'être transparent(e), voire de ne pas exister (A. de Louise, conférence).
Voilà, c'est tout ! Détendez-vous, prenez une grande respiration et… voyons la suite.

La symbiose

La symbiose - Analyse Transactionnelle

La symbiose est un concept passionnant, vous pourrez utilement compléter cette lecture avec celle des articles sur la passivité et les méconnaissances.
Jeanne, héroïne de Une Vie ((G. de Maupassant, Une Vie, Folio, p.235)), reçoit régulièrement de son fils ce type de lettre :
Ma pauvre maman, je n'ai plus qu'à me brûler la cervelle si tu ne viens pas à mon secours (…) je dois 85 000 francs. C'est le déshonneur si je ne paye pas, la ruine, l'impossibilité de rien faire désormais. Je suis perdu. Je te le répète, je me brûlerai la cervelle plutôt que de survivre à cette honte. (…) Je t'embrasse du fond du cœur, c'est peut-être pour toujours. Adieu. Paul". Le Baron hypothéqua des terres pour se procurer l'argent qui fut envoyé à Paul. Le jeune homme répondit trois lettres de remerciements enthousiastes.

Rechercher un contenu sur le site