Page introuvable

La page demandée /p-intimite_resistances_et_creativite n'est plus accessible ou n'a jamais existée.
Voici des contenus en relation avec la page demandée :

L'éloge de l'imperfection

Vignette de L'éloge de l'imperfection
Cet article est le dernier d’une série de trois autour du thème : « l’éloge de l’imperfection ».
Vous trouverez le premier volet de cette série : L’imperfection dans votre vie personnelle sur pierrecocheteux.com,  le second sur l’imperfection dans la vie professionnelle sur vaincre-les-risques-psychosociaux.fr et celui-ci sur le blog analysetransactionnelle.fr
Il participe à la 59éme édition du festival à la croisée des blogs, initiative du blog DéveloppementPersonnel.org. Ce mois-ci c’est Régis du blog Moment Présent qui propose de réfléchir sur le thème de l’imperfection. Vous trouverez ici l’article de lancement.

Troisième partie : théorie et réflexions autour de l’imperfection

Entre les murs

Vignette de Entre les murs
Quelques mots d'abord pour ceux qui ne sont pas familiarisés avec la notion d'analyse de la pratique professionnelle. Il ne s'agit en aucune façon de juger ("Peut mieux faire"…) mais de porter un regard sur l'expérience vécue par le "client" afin qu'il puisse s'en servir pour son propre développement professionnel, voire personnel. C'est une démarche qui implique notamment le refus de se réfugier derrière la position de l'adulte, du sachant qui a forcément raison face à des adolescents (et d'écarter cette alternative tort/raison). Il n'est pas question de critiquer la pratique de François (d'autant qu'il s'agit d'un docu-fiction où tout a été scénarisé) mais d'observer ses apports personnels dans les séquences relationnelles avec ses élèves. Il va donc être beaucoup question de François… mais "l'analysé" c'est lui, pas les élèves !
Il est sûr que l'enseignement n'est pas un métier facile, surtout dans les conditions dures dans lesquelles il est parfois pratiqué et tout ne dépend évidemment pas que du professeur… mais pour une partie oui.
L'idée est la suivante : le rapport professeur-élève est à double niveau, le contenu (la transmission d'un savoir) et la relation (un professeur et un élève en interaction). Ce qui est demandé à l'enseignant, ce pour quoi il a été formé et sur lequel il est évalué prioritairement c'est la transmission d'un savoir : mais voilà la qualité de cette transmission dépend en grande partie de la nature de la relation. Il est sûr par ailleurs que l'élève, particulièrement à l'adolescence, est en demande de "nourriture relationnelle" : recherche de limites, rapport à l'autorité, modélisation, repères, etc. : voilà ce qui va à la fois confronter l'enseignant et l'enrichir : en prenant comme sujet d'analyse la "nourriture relationnelle" qu'il apporte, sa part de l'interaction, l'analyse de sa pratique va lui permettre d'apprendre de ses élèves et d'enrichir sa qualité relationnelle. Tout comme il peut également apprendre à décrypter les signaux (verbaux, para et non verbaux) que ses élèves lui adressent.

M. & Mme « Sois Fort »

Le Dieu « Sois fort» pousse sans cesse les personnes sous l’emprise de ce driver à prendre des responsabilités.
Son objectif : « ne jamais avoir besoin des autres »…
Le « Sois fort» restera calme en toute circonstance même s’il doit prendre des décisions déplaisantes.
Cette personne est centrée sur l’essentiel pour réussir. Elle est la championne du monde de l’utilisation de la loi de Pareto en toutes circonstances. Pour elle l’action vers le résultat est plus importante que tout le reste, y compris parfois que les personnes qui l’entourent, ce qui lui donne un aspect froid, intransigeant et sans cœur. Elle est pourtant juste avec elle même et avec les autres.

Vous êtes formidables !

Oui, imaginez un instant… d'abord le plus dur : vous n'allez pas faire pointer votre ticket de parking à une borne mais à un être humain en chair et en os… Ahlàlà ça fleur bon le XXe siècle ça, ce petit côté poinçonneur des lilas… Bon, voyons la suite, vous - normal c'est le rush, pas le temps - qu'est-ce que vous dites après avoir dit bonjour ? "Je viens faire valider mon ticket", c'est vrai vous êtes là pour ça, hop du rituel à l'activité. Mais là stupeur, au lieu d'un "b'jour - clic - r'voir", l'extraterrestre en face vous regarde, souriant, et vous dit, bien en face : "vous êtes formidable" : "pardon?"…
Évidemment, c'est une fable (c'est eux qui le disent)… mais bon pourquoi pas il y a bien les free huggers non (les-inconnus-qui-vous-serrent-dans-les-bras-comme-ça… d'où l'anglicisme) ? C'est poussé à l'extrême avec une happy end (désolé de tous ces anglicismes, mais bon, vous l'aurez compris c'est une vidéo américaine)…. mais c'est sympa à regarder, je trouve, et en plus c'est pédagogique.
  1. Vous allez pouvoir entendre des signes de reconnaissance positifs conditionnels et inconditionnels en série avec plein d'exemples pour des niveaux de relation différents (de l'inconnu à la relation amoureuse, on dirait ici du rituel à l'intimité).
  2. Vous allez voir l'évolution de l'impact sur les destinataires : d'abord le filtre à signes de reconnaissance (ils n'en croient pas leurs oreilles, "vraiment", voire l'intervention des policiers parce que bon quand même c'est pas normal tout ça), puis l'acceptation (détente corporelle, sourires…).
  3. Vous allez percevoir à quel point c'est un besoin essentiel d'avoir ces signes de reconnaissance : les files d'attente, la bonne humeur… Dans la vraie vie, vous serez néanmoins attentifs à ce que le signe de reconnaissance donné soit sincère et authentique. Ainsi, si c'est un signe de reconnaissance positif inconditionnel, il doit pouvoir être explicité : "vous êtes formidable", "vous pouvez me dire ce qui vous fait dire ça ?".
  4. Files d'attente ? Mais pourquoi, ils ne peuvent pas s'en donner entre eux des signes de reconnaissance ? Il faut qu'ils aillent spécialement garer leur voiture au parking et faire la queue (quitte à y passer là les 2 heures gratuites) ? Oui, vous allez intégrer que chacun à son économie de signes de reconnaissance : ceux que l'on aime donner, recevoir… et ceux que l'on ne sait pas offrir ou accepter. Ainsi, si l'on ne sait pas demander un signe de reconnaissance positif à son conjoint par exemple, il nous faut aller au parking… Diminuer son filtre, c'est une compétence qui s'acquiert. Ainsi, vous pouvez voir que rares sont les poinçonneurs de parking aujourd'hui… et longue est la file d'attente…
Et plein d'autres choses que je vous laisse découvrir…

Rechercher un contenu sur le site