Page introuvable

La page demandée /p-https: n'est plus accessible ou n'a jamais existée.
Voici des contenus en relation avec la page demandée :

Liens

Voici quelques liens vers des sites d'Analyse Transactionnelle

Sites institutionnels :

Où utilise-t-on l'AT comme outil essentiel :

Vignette de
Comment réussir 
grâce à l'Analyse transactionnelle
Analysetransactionnelle.fr a fait peau neuve !  Si vous êtes déjà client, votre accès à la formation en ligne pourrait être perturbé pendant quelques jours. Un nouvel accès va vous être attribué par email. En cas de besoin, contactez notre SAV par E-mail. Merci de nous excuser pour cette gêne momentanée.

Pourquoi ce site ?

Osama

Le film du réalisateur Sedigh Barmak (2003, prix de la Caméra d'or au festival de Cannes de 2004) se passe à Kaboul au temps des Talibans. L'héroïne est une fillette de 11 /12 ans, Osama, qui est contrainte de se déguiser en garçon pour travailler en échange d'un peu de nourriture pour elle, sa mère et sa grand-mère. Son père est mort lors de la guerre contre les russes ; sa mère, médecin, ne peut plus exercer son métier car les Talibans interdisent aux femmes de sortir de leur maison. Elles ne peuvent ni travailler, ni mendier.
Osama se laisse faire, mais dès qu'elle est dehors, elle est en proie à la terreur d'être dévoilée, car le voile qu'elle rejette dès qu'elle le peut quand elle est en habit de fille, ne la protège plus quand elle est en habit de garçon, mais il lui colle au corps par son absence même.
Je n'ai jamais vu de film pareil : le visage d'Osama, toute son attitude corporelle traduisent la peur qui vire à la terreur au moindre regard un peu insistant. Les dangers sont constants : voisin qui sait que sa mère n'a qu'une fille, garçons auxquels elle doit se mêler lors des périodes d'embrigadement des jeunes garçons organisées par les Talibans, policiers ou responsables politiques et religieux qui surveillent la population. Le contrôle brutal des faits et gestes de chacun dans une société totalitaire est bien montré. La résistance est faible, toute opposition punie de mort sur la place publique. D'une certaine manière, ce film est un documentaire de la vie sous la charia.
La jeune actrice, Marina Golbahari, était mendiante à Kaboul quand le réalisateur, revenu en Afghanistan après des années d'exil, l'a remarquée et choisie pour le rôle. La fillette a grandi dans une société où la femme n'a pas le droit à l'espace extérieur, où sa seule place  se trouve à l'intérieur des murs de la maison, enfermée sous de lourds verrous. Tout son corps a intégré cette interdiction. Il est fascinant d'observer comment le corps des femmes intègre les interdictions sociales, comment ces interdictions se traduisent dans les postures repliées pour tenir le moins de place, les regards baissés pour ne pas rencontrer le regard de l'autre, la démarche apeurée, la marche frôlant les murs. C'est le scénario corporel féminin dans ces contrées, ce que Berne appelait le protocole et qui est activé en situation de danger. Osama aurait besoin d'audace. Sa mère qui est une femme d'action, débrouillarde, essaie de la stimuler. En vain ! Elle reste une enfant obéissante et terrorisée.
Vignette de Réussir

Réussir

Gysa Jaoui ((psychothérapeute, analyste transactionnelle, auteur notamment de "Le Triple moi" et "Transactions", décédée en 2004)) a rédigé en 1985 un article intitulé
Des étapes pour réussir
((Classiques de l'Analyse Transactionnelle, Volume 5, p. 16 et suiv.)) pour lequel elle a obtenu le Prix Raymond Hostie en 1987. La réussite d'un projet (quel que soit son objet) passe, pour Gysa Jaoui, par un processus en quatre étapes successives que voici :

Rechercher un contenu sur le site