Page introuvable

La page demandée /p-harcelement_sexuel_affaire_de_pouvoir_dabus_de_pouvoir n'est plus accessible ou n'a jamais existée.
Voici des contenus en relation avec la page demandée :

Le harcèlement sexuel, une affaire de pouvoir et d'abus de pouvoir

Le harcèlement sexuel, une affaire de pouvoir et de son abus

Claude Steiner, analyste transactionnel américain, dans son livre « L’autre face du pouvoir »[1], a décrit de manière très complète les rapports de force et de contrôle entre les personnes et proposé des stratégies pour les limiter et en sortir. Il s’intéresse en effet à l’aspect psychologique et sociétal de la domination sur l’autre et propose des solutions de résistance face à ce qu’il nomme « les jeux de pouvoir ». Ces jeux de pouvoir sont conscients, délibérés, appris dès l’enfance. Il s’agit de forcer l’autre, d’obtenir de lui quelque chose qu’il ne  donnerait pas même si on le demandait. Ceux qui détiennent un pouvoir font tout pour le garder, c’est pourquoi malgré les sérieux progrès obtenus par elles ces cinquante dernières années, « les femmes du monde entier  continuent à mener une vie sous le signe de la persécution, de la pauvreté et de la dégradation, situation inchangée au cours de siècles ». D’où l’importance de regarder de près comment ça fonctionne.
Sa grille d’identification peut être utile pour les victimes. Il distingue en effet plusieurs catégories dans l’exercice du pouvoir sur l’autre :
  1. le pouvoir physique qui s’exerce par le corps
  2. et le pouvoir psychologique qui passe par les mots.

Quand le silence devient agression

La théorie d’Éric BERNE s’intéresse entre autres choses aux conditions nécessaires de l’épanouissement humain. Parmi celles-ci Berne parle des trois soifs existentielles : la soif de structure, la soif de reconnaissance et la soif de stimulation.
Lorsqu’il développe sa théorie, Berne nous alerte sur le fait que la situation la plus anxiogène pour l’être humain est celle d’être ignoré, ce qui revient à être nié dans son identité. Il explique parfaitement que l’origine de la plupart des jeux psychologiques s’enracine dans ce besoin d’être reconnu par les autres.
J’aimerais cette semaine vous alerter sur un problème que rencontrent souvent les personnes en situation de demande d’emploi : le fait que les entreprises auxquelles elles adressent une proposition de candidature ne prennent bien souvent plus le temps d’accuser réception de leur lettre de motivation.

L’absence de signes de reconnaissance est la pire des situations

Contrôler l'autre

Le jeu de pouvoir ((Voir L'autre face du pouvoir, Desclée de Brouwer 1995)), concept développé par Claude Steiner, décrit avec précision les tentatives pour contrôler autrui. Elles passent par le corps (et visent à intimider), ou par le langage (et visent à séduire, à inspirer honte et culpabilité). Elles sont grossières et évidentes ou subtiles et presque indiscernables. Toutes passent par l'action sur autrui (actives) ou par la résistance à autrui (passives). Ces tentatives peuvent échouer ou réussir avec le risque dans ce cas d'installer une relation de pouvoir régulière entre les deux partenaires. Les rôles professionnels de commandement suscitent des relations entrainant facilement des jeux de pouvoir.
J'ai longuement développé dans mon livre " Sortir des conflits " ((Sortir des conflits, Méthode et outils pratiques avec l'analyse transactionnelle, InterEditions 2009)) ces différentes tentatives pour contrôler autrui et les stratégies pour résister, partant du principe qu'une relation quelle qu'elle soit ne s'installe qu'avec l'accord implicite des deux partenaires, sauf cas d'abus de faiblesse par personne exerçant l'autorité.
J'ai montré comment nous avons appris, enfants, de notre entourage, les différentes manières d'exercer le pouvoir en imitant les adultes en situation de pouvoir ou en leur résistant avec les stratégies des faibles, stratégies qui sont celles des comportements passifs et qui vont de « ne rien faire » à la violence contre l'autre ou contre soi-même (incapacitation).
Les lecteurs ont pu identifier s'ils appartenaient plutôt à la catégorie des joueurs naïfs, impulsifs, manipulateurs ou coopératifs.

L'AT (Analyse Transactionnelle), pour quoi faire ?

L'Analyse Transactionnelle, pour faire quoi ?

L'Analyse Transactionnelle (AT) a vocation à s'appliquer à tout ce qui concerne de près ou de loin la relation à soi et/ou à l'autre.
Dans le domaine professionnel, on sait depuis quelque temps déjà que l'exercice d'un métier n'est pas seulement la mise en œuvre d'un savoir-faire technique mais implique également une compétence relationnelle ; on commence seulement aujourd'hui à le prendre en compte. Tout comme dans le domaine personnel : mieux se connaître, savoir choisir son environnement relationnel, apprendre à poser et penser une situation difficile, sont des atouts précieux.
Dans le cadre professionnel, un professeur peut ainsi dispenser son cours que les élèves écoutent ou non, un infirmier ou un médecin considérer son patient comme une "chose à réparer" et le traiter comme tel, un surveillant de prison se contenter d'ouvrir et de fermer la cellule, un industriel de produire des voitures dans des conditions telles que ses salariés se suicident… Ou bien, le professeur peut se souvenir que l'objectif n'est pas de débiter son texte mais qu'il soit enseigné, le soignant considérer son patient - ou la personne âgée - comme une personne qui peut avoir peur et a besoin d'informations, le surveillant peut dire bonjour à un détenu, l'industriel s'interroger sur les besoins de son personnel…

Rechercher un contenu sur le site