Page introuvable

La page demandée /p-du_conflit_destructeur_au_conflit_createur n'est plus accessible ou n'a jamais existée.
Voici des contenus en relation avec la page demandée :

Conflits d'intérêts et conflit de pouvoir

Vignette de Conflits d'intérêts et conflit de pouvoir
Un lecteur de mon livre « Sortir des conflits avec l'analyse transactionnelle » (Sortir des conflits avec l'analyse transactionnelle, InterEditions, mai 2009) m'a confié qu'il avait du mal à distinguer conflit d'intérêt et conflit de pouvoir quand ils se déroulent dans une entreprise, tant les personnes ont d'intérêt à obtenir du pouvoir.
Mon intérêt, peut consister à obtenir plus d'argent, plus de responsabilités, plus de prestige, plus de signes de reconnaissance de mon entourage. Mon intérêt, ce peut être aussi d'avoir plus de champ pour des initiatives, d'avoir davantage les mains libres, la maîtrise de mon temps, des gratifications de toutes sortes : voyages, cadeaux, ou encore de ne pas avoir à rendre de comptes à un supérieur.
L'intérêt pour l'un n'est pas l'intérêt pour l'autre ; il peut varier d'une période de vie à l'autre. L'intérêt, c'est concret, c'est négociable, c'est variable !

Gestion des conflits

Cécile Guéret, rédactrice, nous présente "Trois techniques pour mieux s'entendre", techniques incontournables, selon elle, de la gestion des confits : la méthode Espère, la communication non-violente et l'analyse transactionnelle (qu'elle soit remerciée de ce lien !).
La partie consacrée aux États du moi est opportune, s'agissant d'une grille de lecture de ce qui se passe chez moi, chez l'autre, dans la relation, c'est un concept puissant qui peut amener à clore un conflit, en en comprenant les schémas sous-jacents. L'exemple donné est courant : le subordonné qui répond à son responsable à partir de son Enfant Adapté Rebelle. On pourra alors observer si ledit responsable est de son côté dans son État du moi Parent Normatif (négatif ?), s'il se rejoue entre eux un schéma relationnel sous-jacent type père-fils, etc. Vous pourrez trouver d'autres exemples dans l'article dédié à ce concept.
La référence aux transactions nécessite peut-être, quant à elle, quelques précisions. Une transaction c'est un échange entre deux personnes, un aller-retour de signes de reconnaissance (verbal ou non verbal). Exemple : bonjour, ça va ? Oui, ça va - est une transaction. Il peut être utile de préciser qu'une transaction n'est pas une facette de notre personnalité (ce qui serait plutôt le contenu de l'un de nos États du moi).

Contrôler l'autre

Le jeu de pouvoir ((Voir L'autre face du pouvoir, Desclée de Brouwer 1995)), concept développé par Claude Steiner, décrit avec précision les tentatives pour contrôler autrui. Elles passent par le corps (et visent à intimider), ou par le langage (et visent à séduire, à inspirer honte et culpabilité). Elles sont grossières et évidentes ou subtiles et presque indiscernables. Toutes passent par l'action sur autrui (actives) ou par la résistance à autrui (passives). Ces tentatives peuvent échouer ou réussir avec le risque dans ce cas d'installer une relation de pouvoir régulière entre les deux partenaires. Les rôles professionnels de commandement suscitent des relations entrainant facilement des jeux de pouvoir.
J'ai longuement développé dans mon livre " Sortir des conflits " ((Sortir des conflits, Méthode et outils pratiques avec l'analyse transactionnelle, InterEditions 2009)) ces différentes tentatives pour contrôler autrui et les stratégies pour résister, partant du principe qu'une relation quelle qu'elle soit ne s'installe qu'avec l'accord implicite des deux partenaires, sauf cas d'abus de faiblesse par personne exerçant l'autorité.
J'ai montré comment nous avons appris, enfants, de notre entourage, les différentes manières d'exercer le pouvoir en imitant les adultes en situation de pouvoir ou en leur résistant avec les stratégies des faibles, stratégies qui sont celles des comportements passifs et qui vont de « ne rien faire » à la violence contre l'autre ou contre soi-même (incapacitation).
Les lecteurs ont pu identifier s'ils appartenaient plutôt à la catégorie des joueurs naïfs, impulsifs, manipulateurs ou coopératifs.

Humanité clonée

Je pense qu'un film vu récemment peut servir d'illustration à mon propos publié ici sous le titre Les piliers de la déshumanisation. Il s'agit de The Island (Michael Bay, 2005).
Thème : des clones d'hommes et de femmes célèbres ou fortunés sont fabriqués et cachés dans un lieu tenu secret. Ceux-ci sont destinés à être une banque d'organes pour leur "propriétaire" au moment où ce dernier en aura besoin pour prolonger sa vie. Le monde des clones est tenu ignorant de son destin. Ces «personnes» se pensent de vrais humains qu'un destin attractif a réuni. Elles sont dans l'attente d'un voyage paradisiaque sur une île mystérieuse. Elles sont maintenues dans un lieu protégé de soi-disant radiations extérieures et tous leurs actes sont contrôlés. Un clone s'aperçoit de la réalité et s'enfuit. Avec une compagne clone, ils iront à la recherche de leur "propriétaire" et découvriront leur humanité au cours de cette aventure très mouvementée.
Sur le plan de l'analyse on peut observer les paramètres qui maintiennent ces êtres dans la passivité :
  1. L'inoculation d'une croyance : "le monde extérieur est dangereux" suivi de la consigne "vous ne devez pas sortir sous peine de mourir",
  2. Une attitude extrêmement "protectrice" de la part de la structure qui contrôle leur alimentation, leurs déplacements, leurs relations…
  3. Un contrôle et un maintien du clivage d'avec l'espace émotionnel interne : tout est fait pour que les clones ne ressentent que ce qu'il est prévu qu'ils ressentent quand cela est utile pour la structure,
  4. La promesse d'un avenir merveilleux prodigué par la structure.

Les Psys et la loi : The End

Première info : pas de grande surprise dans la livraison de nos conseillers d'État : c'est plutôt normal c'est un simple décret d'application. Donc si vous voulez connaître l'historique, les obstacles et les enjeux autour de cette loi, vous pouvez commencer par les saisons précédentes "Les psys et la loi" : épisode 4, épisode 5 et épisode 6.
Je vous propose ensuite une lecture du décret selon votre statut. Pour beaucoup d'entre vous, qui êtes intéressés par cette nouvelle, vous êtes en effet soit : psychothérapeute de longue date, psychothérapeute et clinicien, psychothérapeute en début d'exercice ou… en devenir.
Mais avant quelques mots pour celles et ceux qui sont entrés ici par curiosité, parce que le titre évoque un générique de film, ils pourront continuer - j'espère - après ces quelques préliminaires :
  • on distingue les psychiatres, les psychologues (cliniciens ou non), les psychanalystes et les psychothérapeutes. La formation, le métier… à peu près tout distingue ces professionnels que le grand public rassemble parfois improprement sous la même bannière : "psychologie" ou "psychiatrie". Allez voir ICI ou ICI pour de plus amples détails.
  • Rechercher un contenu sur le site