Les États du Moi

Les États du moi en Analyse Transactionnelle

Les États du Moi est LE concept de l’Analyse Transactionnelle. L'un des premiers mis à jour par Éric Berne et en même temps l'un des piliers de la théorie : il sert d'ailleurs de logo aux analystes transactionnels.
C'est un concept impressionnant a plusieurs titres : son originalité (il ne se confond pas avec le ça, le moi et le surmoi de la psychanalyse, sa puissance concerne à la fois l'intérieur et l'extérieur de soi), sa pertinence (il permet notamment une connaissance de soi très fine), son efficacité (c'est un outil de diagnostic majeur)… La richesse de ce concept explique qu'il s'affine encore aujourd'hui. De nombreux analystes transactionnels (dont José Grégoire) font des recherches approfondies.
Éric Berne s'est aperçu qu'il y a une corrélation entre le comportement d'une personne, ce qu'elle dit et l'émotion qu'elle transmet à un moment donné. Bien souvent ce même ensemble de manifestations se reproduit de la même façon face une situation identique. Il a ainsi fait le lien entre émotion, pensée et comportement. Il s'est ensuite rendu compte, en s'appuyant sur les travaux du psychanalyste Paul Federn, qu'il était possible de regrouper ces "corpus" de manifestions en trois ensembles distincts. Parfois, la personne se comporte (voix, postures, mimiques…) comme l'un de ses parents (pas n'importe quels parents), à d'autres moments elle reprend des attitudes ou une façon de parler qu'elle a eues quand elle était petite, et enfin à d'autres moments encore elle agit comme un adulte dans le langage courant : il appellera ces trois façons d'être les États du moi.

Pour Eric BERNE : "Les Etats du Moi" sont nécessaires et suffisants pour comprendre toute l'Analyse Transactionnelle".
Les États du Moi peuvent se représenter sous deux formes différentes : le modèle Structural des États du Moi et le modèle Fonctionnel des États du Moi.

Le modèle structural des États du moi :

Les États du Moi sont représentés par trois cercles superposés : Parent, Adulte, Enfant (l'usage de la majuscule signifie que nous parlons des États du Moi et non d'un parent, d'un adulte ou d'un enfant).
États du moi structuraux
États du moi structuraux
Pour Éric Berne (Que dites-vous après avoir dit Bonjour ? Tchou) la structure de la personnalité se compose (quel que soit l'âge) de trois États du moi :
  • Parent (P) : qui conserve l'ensemble des pensées + sentiments + comportements de modèles parentaux et intégrés tels quels,
  • Adulte (A) : qui conserve l'ensemble des pensées + sentiments + comportements liés au "touché" de la réalité, à l'ici et maintenant,
  • Enfant (E) : qui conserve l'ensemble des pensées + sentiments + comportements tels que la personne les a vécus dans son enfance.
Cela signifie que, tout au long de sa vie, une personne :
  • Observe comment ses parents (ou grands-parents, tuteurs, puis une figure spirituelle ou un grand professionnel) se comportent, ce qu'ils disent, ce qu'ils transmettent de leurs émotions face aux différentes situations de la vie. Ces observations lui serviront de modèles ultérieurement. Imaginez qu'il s'agisse d'un "regard" tourné vers l'Autre,
  • Fait des expériences, appréhende la réalité de tous les jours et enregistre les conclusions. Ici, "le regard" vise devant et autour de soi.
  • A ses propres ressentis, émotions, et besoins, évolutifs par nature et qu'elle va s'attacher à satisfaire avec plus ou moins de succès : "le regard" est alors tourné vers soi.
Ainsi, à chaque instant nous abordons la réalité avec trois possibilités
  • Y plaquer des modèles ("être dans le Parent"),
  • Reproduire des vécus personnels d'autrefois ("être dans l'Enfant"),
  • Prendre la réalité telle qu'elle est - et non pas telle que nous voudrions qu'elle soit - avec ce que nous sommes et non ce que nous avons été ou ce que nous voudrions être ("être dans l'Adulte").
P, A et E s'appellent les États du Moi Structuraux (pour la structure de la personnalité) et concernent donc le contenu intrapsychique. Voyons à présent les États du moi visibles de l'extérieur et que l'on nomme Etats du Moi Fonctionnels. Ensuite, nous verrons l'articulation entre les deux.

Le modèle fonctionnel des États du moi  :

Il se visualise ainsi :
États du moi fonctionnels
États du moi fonctionnels
PNf : Parent Normatif 
PNr : Parent Nourricier
A : Adulte qui ne se subdivise pas
EAS : Enfant Adapté Soumis
EAR : Enfant Adapté Rebelle
EL : Enfant Libre 
La manifestation de ces États du Moi est observable, c'est-à-dire qu'à chacun de ces États du Moi correspond un comportement (ton, volume de la voix, mimiques, gestuelles, postures…) et un vocabulaire spécifiques.
Il n'y a pas de "bons" ou de "mauvais" États du Moi, tous ont une fonction différente essentielle et complémentaire. Voici les fonctions de chacun :
  • Parent Normatif : fonction de protection et de transmission de valeurs
  • Parent Nourricier : fonction de permission et d'encouragement
  • Adulte : fonction d'exploration de l'environnement
  • Enfant Adapté Rebelle : fonction d'opposition légitime
  • Enfant Adapté Soumis : fonction d'adaptation à l'environnement
  • Enfant Libre : fonction d'expression des besoins et des émotions de base
Exemples :
  • Parent Normatif : un enfant veut traverser la route alors qu'une voiture arrive, un passant lui dit vivement : "Recule-toi !", éventuellement en accompagnant le geste à la parole,
  • Parent Nourricier : à un collègue qui vient de se voir confier une nouvelle mission délicate : "Tu vas y arriver, le patron a raison tu es notre meilleure ressource pour ce projet !" sur un ton chaleureux,
  • Adulte : chez un concessionnaire : "Combien coûte cette voiture ?" avec un ton neutre,
  • Enfant Adapté Rebelle : quelqu'un me parle avec un ton que je n'accepte pas, je lui dis avec vigueur : "Tu me parles sur un autre ton s'il te plaît",
  • Enfant Adapté Soumis : sans raisons apparentes, un policier m'arrête et me demande mes papiers ; sans poser de questions je les lui donne,
  • Enfant Libre : en pleine réunion de travail, un collègue propose une pause parce qu'il a soif : "Allez hop, pause café !" sur un ton cordial et dynamique.
En revanche, l'utilisation excessive d'un État du Moi par rapport à la situation, conduit à rendre in-opérationnelle l'usage de sa fonction : si une personne parle toujours vivement à son enfant, celui-ci ne saura plus faire le distinguo entre l'avertissement face à un danger avéré et une situation banale, si quelqu'un fait systématiquement ce qu'on lui dit, il ne fera plus la différence entre l'adaptation adéquate et ce que l'on nomme la sur-adaptation, c'est-à-dire l'adaptation au détriment de ses propres besoins, ou si un collègue interrompt une réunion toutes les deux minutes parce qu'il a soif, il est probable qu'au bout d'un moment il n'aura plus voix au chapitre.

Quels sont les liens entre les deux modèles ?

Ce que vous manifestez à l'extérieur de vous trouve son origine à l'intérieur de vous. C'est un peu comme un iceberg, la partie immergée ce sont les États du Moi Structuraux. La partie émergée ce sont les États du Moi Fonctionnels. Ici, l'essentiel est de retenir que l'Adulte (A) peut choisir l'État du Moi Fonctionnel qu'il veut. Tout l'intérêt est d'investir son Adulte structural (A) pour nous permettre d'adopter l'État du Moi fonctionnel le plus approprié face à une situation.
Reprenons l'exemple du contrôle d'identité :
  • Si je suis dans mon Etat du Moi Parent (P), je peux réagir ainsi : "Bien sûr mes papiers, j'approuve tout à fait ces contrôles inopinés, et même je pense qu'ils sont très utiles pour attraper les délinquants", (Parent Normatif) - et probablement à chaque fois que je verrai un policier je réagirai dans ce cadre.
  • Si je suis dans mon Etat du Moi Enfant (E), je peux réagir ainsi (et probablement à chaque fois que je verrai un policier je réagirai dans ce cadre) :
  • "J'ai rien fait, jamais je ne vous donnerai mes papiers !", sur le ton de l'injustice (Enfant Adapté Rebelle)
  • "Mes papiers, bien sûr, je peux vous donner ma carte d'identité, mon passeport… Oh la la dites-moi ça suffira ?" sur un ton inquiet et empressé (Enfant Adapté Soumis)
  • "Oh, vous voulez pas boire un coup plutôt ?" (Enfant Libre)
  • Si je suis dans mon Etat du Moi Adulte (A), je peux choisir entre plusieurs possibilités (et à chaque fois que je verrai un policier je pourrai choisir mon type de réaction) :
  • De donner mes papiers sans poser de questions (en tant qu'observateur, j'identifie ici un État du moi Enfant Adapté Soumis, mais ce n'est pas la même manifestation que lorsque l'État du moi Enfant (E) est aux commandes, aucune angoisse ou inquiétude ne transparaissent ; j'ai un objectif : que ce contrôle dure le moins de temps possible et je fais tout pour que ce soit le cas )
  • De dire : "Pour quelles raisons me demandez-vous mes papiers ?", sur un ton neutre (en tant qu'observateur, j'identifie ici un État du moi Adulte) parce que j'ai du temps, ou que je n'exclus pas que je puisse avoir commis une infraction par inadvertance et que je veux savoir laquelle, etc.
C'est pourquoi vous trouviez peut-être la réponse Enfant Adapté Soumis tout à fait adulte. Oui, adulte avec un petit a. Parce que la personne est dans son Adulte (A), elle adopte l'État du Moi qui lui convient, il est adapté à la fois à l'environnement et à son souhait.

À noter :

  • Ne confondez pas l'Adulte structural (A) et l'Adulte fonctionnel (aussi A)… Le premier décrit le contenu intrapsychique et intègre des pensées, comportements et sentiments, le second se définit par sa fonction d'exploration dont la manifestation la plus classique est l'usage de phrases interrogatives ou informatives.
  • L'Adulte Structural (A) est parfois présenté comme un ordinateur, un État du Moi qui fait des essais "froidement" et qui enregistre le résultat : ce n'est pas exact. Il intègre des pensées, comportements et sentiments. Ainsi, si vous réussissez un examen vous pouvez ressentir une joie justifiée et la manifester d'une façon qui vous est propre et authentique et sans que ce soit la répétition d'un passé ou la reproduction d'un modèle.
  • Qu'il s'agisse de l'Enfant Adapté Rebelle ou de l'Enfant Adapté Soumis, ils sont tous les deux adaptés. C'est-à-dire que les personnes qui ont souvent recours à ces États du Moi ont tendance à définir leur cadre de vie par rapport à une référence extérieure au sens large (parents, travail, conjoint, amitiés…) à laquelle ils réagissent en opposition (Rebelle) ou en acceptation (Soumis), plus qu'en fonction de leurs propres besoins.
  • Pour améliorer la cohérence de certaines de nos décisions, ou pour éviter d'éventuelles déconvenues, il peut être intéressant d'interroger nos États du Moi. Imaginons qu'un ami dise vouloir vivre de sa plume : son Enfant peut dire "Chouette, j'en rêve !", son Adulte "Vérifions au préalable la faisabilité financière", et son Parent "Ce n'est pas un métier convenable" : il est préférable qu'il ait conscience et qu'il prenne en compte ce discours interne avant d'aller plus loin.

Pour aller plus loin :

Voici quelques phrases, pouvez-vous deviner l'Etat du Moi Fonctionnel dans lequel était la personne lorsqu'elle les a dites ?
  • "Tu peux toujours courir ! Je le ferai jamais", dit avec défi et beaucoup d'énergie, sur un ton de révolte (Enfant Adapté Rebelle)
  • "Peux-tu m'aider à rédiger cette partie ?", d'un ton informel (Adulte)
  • "Oh, c'est super joli ! Je veux le même !" dit d'une voix joyeuse et enthousiaste, le sourire aux lèvres (Enfant libre)
  • "C'est inadmissible ! Tu n'as pas intérêt à faire ça !", le visage rouge de colère, ton haut et volume sonore élevé (Parent Normatif)
  • "Ce que je vous dis là, c'est pour votre bien", d'un ton amical et réconfortant avec une voix douce (Parent Nourricier)
  • "Les cours commencent à 15h. Ils finissent à 18h", sur un ton neutre (Adulte)
  • "Le respect est de mise ici, vous sortez", sur un ton ferme, en désignant la sortie (Parent Normatif)
  • "T'es sûr que je peux ? J'en suis pas sûr, je préfère pas", d'un ton craintif, le visage inquiet (Enfant Adapté Soumis)
Une présentation des États du moi par Fanita English , analyste transactionnelle, en 10 minutes :

Vos réactions (13)

Écrire un commentaire

“Connais-toi toi-même”

par Philosophe 2.0 , il y a 2 ans

“Ce que je sais, c’est que je ne sais rien”

par Philosophe 2.0 , il y a 2 ans

“Il faut apprendre à philosopher, et non pas la philosophie”

par Philosophe 2.0 , il y a 2 ans

“Que puis-je connaître? – Que dois-je faire? – Que suis-je permis d’espérer?

par Philosophe 2.0 , il y a 2 ans

"Pense par toi-même”

par Philosophe 2.0 , il y a 2 ans

un chef c'est fait pour cheffer

par JC , il y a 2 ans

Mais, vous savez, moi je ne crois pas
qu'il y ait de bonne ou de mauvaise situation.
Moi, si je devais résumer ma vie aujourd'hui avec vous,
je dirais que c'est d'abord des rencontres,
Des gens qui m'ont tendu la main,
peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j'étais seul chez moi.
Et c'est assez curieux de se dire que les hasards,
les rencontres forgent une destinée...
Parce que quand on a le goût de la chose,
quand on a le goût de la chose bien faite,
Le beau geste, parfois on ne trouve pas l'interlocuteur en face,
je dirais, le miroir qui vous aide à avancer.
Alors ce n'est pas mon cas, comme je le disais là,
puisque moi au contraire, j'ai pu ;
Et je dis merci à la vie, je lui dis merci,
je chante la vie, je danse la vie... Je ne suis qu'amour!
Et finalement, quand beaucoup de gens aujourd'hui me disent :
"Mais comment fais-tu pour avoir cette humanité ?",
Eh bien je leur réponds très simplement,
je leur dis que c'est ce goût de l'amour,
Ce goût donc qui m'a poussé aujourd'hui
à entreprendre une construction mécanique,
Mais demain, qui sait, peut-être simplement
à me mettre au service de la communauté,
à faire le don, le don de soi...

par Otis , il y a 2 ans

Murs, ville,
Et port,
Asile
De mort,
Mer grise
Où brise
La brise,
Tout dort.

Dans la plaine
Naît un bruit.
C'est l'haleine
De la nuit.
Elle brame
Comme une âme
Qu'une flamme
Toujours suit !

La voix plus haute
Semble un grelot.
D'un nain qui saute
C'est le galop.
Il fuit, s'élance,
Puis en cadence
Sur un pied danse
Au bout d'un flot.

La rumeur approche.
L'écho la redit.
C'est comme la cloche
D'un couvent maudit ;
Comme un bruit de foule,
Qui tonne et qui roule,
Et tantôt s'écroule,
Et tantôt grandit,

Dieu ! la voix sépulcrale
Des Djinns !... Quel bruit ils font !
Fuyons sous la spirale
De l'escalier profond.
Déjà s'éteint ma lampe,
Et l'ombre de la rampe,
Qui le long du mur rampe,
Monte jusqu'au plafond.

C'est l'essaim des Djinns qui passe,
Et tourbillonne en sifflant !
Les ifs, que leur vol fracasse,
Craquent comme un pin brûlant.
Leur troupeau, lourd et rapide,
Volant dans l'espace vide,
Semble un nuage livide
Qui porte un éclair au flanc.

Ils sont tout près ! - Tenons fermée
Cette salle, où nous les narguons.
Quel bruit dehors ! Hideuse armée
De vampires et de dragons !
La poutre du toit descellée
Ploie ainsi qu'une herbe mouillée,
Et la vieille porte rouillée
Tremble, à déraciner ses gonds !

Cris de l'enfer! voix qui hurle et qui pleure !
L'horrible essaim, poussé par l'aquilon,
Sans doute, ô ciel ! s'abat sur ma demeure.
Le mur fléchit sous le noir bataillon.
La maison crie et chancelle penchée,
Et l'on dirait que, du sol arrachée,
Ainsi qu'il chasse une feuille séchée,
Le vent la roule avec leur tourbillon !

Prophète ! si ta main me sauve
De ces impurs démons des soirs,
J'irai prosterner mon front chauve
Devant tes sacrés encensoirs !
Fais que sur ces portes fidèles
Meure leur souffle d'étincelles,
Et qu'en vain l'ongle de leurs ailes
Grince et crie à ces vitraux noirs !

Ils sont passés ! - Leur cohorte
S'envole, et fuit, et leurs pieds
Cessent de battre ma porte
De leurs coups multipliés.
L'air est plein d'un bruit de chaînes,
Et dans les forêts prochaines
Frissonnent tous les grands chênes,
Sous leur vol de feu pliés !

De leurs ailes lointaines
Le battement décroît,
Si confus dans les plaines,
Si faible, que l'on croit
Ouïr la sauterelle
Crier d'une voix grêle,
Ou pétiller la grêle
Sur le plomb d'un vieux toit.

D'étranges syllabes
Nous viennent encor ;
Ainsi, des arabes
Quand sonne le cor,
Un chant sur la grève
Par instants s'élève,
Et l'enfant qui rêve
Fait des rêves d'or.

Les Djinns funèbres,
Fils du trépas,
Dans les ténèbres
Pressent leurs pas ;
Leur essaim gronde :
Ainsi, profonde,
Murmure une onde
Qu'on ne voit pas.

Ce bruit vague
Qui s'endort,
C'est la vague
Sur le bord ;
C'est la plainte,
Presque éteinte,
D'une sainte
Pour un mort.

On doute
La nuit...
J'écoute : -
Tout fuit,
Tout passe
L'espace
Efface
Le bruit.

par Martin . , il y a 1 an

Super, mais si au moins ont avais la date de publication et l'auteur ca serait super...

par Romu , il y a 1 an

Cool. Svp pouvez-vous m'apportez votre aide pour un devoir de psychologie ?

par Anne 2000 , il y a 12 mois

Cool. Svp pouvez-vous m'apporter
votre aide pour un devoir de psychologie ?

par Anne 2000 , il y a 12 mois

Bonjour Anne,
Notre aide peut vous être apportée si vous remplissez ces deux conditions :
- Vous êtes cliente de notre formation Cours 101 Analyse Transactionnelle
- Votre sujet est en lien avec l'Analyse Transactionnelle.

Merci bien

par Marleine MAZOUZ , il y a 12 mois

Bonjour, après lecture de votre article je me pose la question si une relation professionnelle, un peu conflictuelle, peut être de type Enfant adapté soumis face à Enfant adapté rebelle est possible ? Ou je me trompe dans l'analyse des états du moi ?

par Visiteur , il y a 7 mois

Une relation conflictuelle entre deux personnes peut se produire dans ces différentes configurations :
- Parent/Parent : pas d'accord sur des valeurs par exemples
- Parent/Enfant : prendre le pouvoir sur l'autre
- Enfant/Enfant : se disputent le même jouet !
- Enfant Adapté Rebelle/Enfant Adapté Soumis : à priori, pas de conflit du fait de la position de l'Enfant Adapté Soumis... il accepte la situation.

par Marleine MAZOUZ , il y a 5 mois
Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires