Comment j’ai utilisé l’AT dans mon métier d’inspectrice d’écoles

Mon métier d’inspectrice d’écoles et de formatrice d’enseignants concernait deux types d’apprentissages, ceux que font les enfants avec les enseignants et ceux que peuvent faire parfois les enseignants avec leur inspecteur. Les deux sont sensiblement améliorés quand la relation est bonne.

L’A.T. m’a servi à observer la relation pédagogique enseignant/élèves en situation d’inspection, mais aussi à conseiller l’enseignant sur ce qu’il convenait de faire, d’une manière qui pouvait être acceptée. Je notais les interactions entre un élève ou des élèves et l’instituteur, les mimiques, les paroles et, lors de l’entretien qui suivait l’observation de classe, nous partions, l’enseignant et moi, de ces éléments pour analyser ce qui se passait et voir comment on pouvait faire autrement ou pourquoi c’était une intervention appropriée. Reproduire ce qui a bien fonctionné suppose en effet de comprendre ce qu’on a fait.

En voici une illustration : une institutrice m’avait demandé d’observer le climat de la classe dans le feuillet de préparation que je proposais de remplir avant l’inspection et qui comprenait la rubrique : « Que désirez-vous que j’observe en particulier?« . (C’était la manière dont je mettais en place des relations de type contractuel dans cette situation d’évaluation unilatérale). J’avais donc porté mon attention sur les relations entre les élèves et sur la manière dont l’institutrice intervenait. À un moment, deux enfants se sont disputées. On faisait du calcul mental et l’une avait copié son résultat sur l’autre. Cette dernière a protesté et dit « Maîtresse, elle a copié sur moi!« . L’institutrice a répliqué : « Tu n’as qu’à cacher ton ardoise!« . Un peu plus tard, au moment du comptage des points, celle qui avait copié s’était écriée : « Maîtresse elle a triché ! Là, elle avait zéro !

Voici comment j’ai analysé cette petite scène en termes d’A.T, en utilisant le triangle dramatique :

La fillette A. se plaint de la fillette B. qui copie sur elle et contrevient à la règle non dite de travailler seul au moment de l’évaluation, ce qui était le cas. Elle demande à l’institutrice de réprimander celle qui n’a pas respecté la règle. Je suppose qu’elle se sent persécutée parce que l’autre lui vole son résultat et qu’elle veut la persécuter à son tour en la faisant réprimander. Elle doit attendre de l’institutrice quelque chose comme : « Ce n’est pas bien de copier !« . Elle fait appel au Parent de l’institutrice, celui qui fait la morale. L’institutrice qui se trouve sans arrêt devant ce type de situation la renvoie à sa responsabilité (elle n’a qu’à cacher son ardoise). Au lieu de se faire son alliée, elle la persécute en ayant l’air de dire que c’est de sa faute, si bien que la fillette se retrouve Victime, puisqu’elle se voit reprocher de ne pas avoir fait quelque chose qu’elle aurait dû faire : cacher son ardoise et protéger son travail des regards de sa voisine.

Peu de temps après, sa voisine lance « Maîtresse elle a triché !« , se vengeant de la dénonciation, en position de Persécuteur, et faisant alliance avec la maîtresse contre l’autre.

Quand on entre dans le triangle dramatique, on y entre dans l’une des positions de Victime, de Persécuteur ou de Sauveur, mais on tourne aussi dans le triangle. Les personnes en position de dépendance invitent les figures parentales à les sauver ou à les persécuter, souvent à les sauver en persécutant le voisin.

Le triangle sert à marquer les rôles dans les jeux psychologiques. Ici, les fillettes et l’institutrice ont joué à un jeu psychologique qu’on nomme « Défauts« , et qui consiste à signaler les défauts des autres, et la fillette qui copiait a enchaîné sur le jeu « Je te tiens ! » qui consiste à prendre l’autre sur le fait et à le crier bien fort. Tout cela se passe très vite et n’est pas conscient.

La pratique de l’observation avec les outils de l’A.T. m’a appris à identifier dans les échanges des formes fixes (ici le jeu psychologique analysable avec le triangle dramatique) qui rendent la communication prévisible. À chaque étape, il est possible de trouver une intervention appropriée et de la proposer.

Que pouvait faire ici l’institutrice ?

Elle pouvait rappeler le sens de l’activité, sans faire de morale et dire, en mobilisant la partie positive de son état du Moi Parent, quelque chose comme : « J’ai besoin de savoir si vous avez tous compris ou pas avant de passer à autre chose. Quand tu regardes sur l’ardoise de ta voisine, tu n’apprends pas à trouver le résultat toute seule. C’est normal de se tromper, mais c’est important que tu apprennes à trouver le résultat toute seule. J’ai besoin de savoir si vous avez tous compris, car cela m’indique s’il faut y revenir ou non. Si je crois que tu as compris,  je passe à autre chose et c’est toi qui es ennuyée ensuite« .

Le but de la plupart des enfants, c’est de faire plaisir à la maîtresse en donnant la réponse qu’elle attend et pour laquelle ils obtiendront un sourire et des félicitations. Ils sont dans la dépendance par rapport aux grandes personnes et dans ce qu’on nomme en A.T. l’Enfant Adapté, face au Parent du maître qui lui dit ce qu’il doit faire. Or l’éducation vise à développer l’autonomie et la capacité de penser et se conduire par soi-même. Nourrir l’état du moi Adulte suppose de renoncer à faire deviner ce que l’on attend. En expliquant cela, l’institutrice agit sur les deux enfants et sur toute la classe. Elle contribue à créer un climat de coopération pour apprendre, en distinguant les moments où on vérifie les acquis et ceux où on travaille ensemble. Elle joue tantôt du Parent qui met en place les règles du groupe et les fait respecter, protège les enfants, mais aussi les nourrit affectivement et intellectuellement, tantôt de l’état du moi Adulte quand elle les entraîne à penser.

Moi-même, en m’appuyant sur l’observation de ce que je voyais et entendais, je mobilisais mon état du moi Adulte et j’aidais l’enseignant à progresser. La plupart d’entre eux ont été stimulés par ce type d’échange.

2014 © VRPS Consulting, par Pierre Cocheteux

Analyse Transactionnelle . fr