Guitare1. La chanson au quotidien1

Dansez sur moi, dansez sur moi, le soir de vos fiançailles – Claude Nougaro

Tout au long de notre vie

La chanson nous accompagne tout au long de notre quotidien. Elle est présente dans les différents âges de la vie. Enfant, c’est la berceuse que Maman nous chante le soir, ou qu’elle ne nous chante pas, alors qu’on le lui a pourtant demandé en insistant. Ce sont les chansons à l’école. À l’adolescence, c’est la revendication de l’indépendance, c’est un élément de la culture du groupe des copains. C’est la chanson sur laquelle on danse, on séduit ou on se fait séduire, on rencontre quelqu’un. À moins que l’on ne danse pas sur cette chanson, que l’on rêve de séduction sans concrétisation. C’est aussi la chanson que l’on écoute après une séparation pour se consoler.

Un moyen d’expression des émotions, des sentiments, des désirs

La chanson crée une ambiance en support ou en écho à nos propres émotions, sentiments ou désirs. Elle permet parfois de mettre des mots sur des états confus. C’est la chanson dans laquelle on se reconnaît, on se projette, qui tout d’un coup fait sens et nous parle profondément. Nous citons des chansons à titre d’exemple, le lecteur en puisera d’autres dans sa propre vie.

Il peut s’agir de toutes les émotions, la peur (Je n’ai pas peur de vous – Mama Béa), la colère-la révolte, la joie, la tristesse (La Mamma – Charles Aznavour). Il s’agit également de tous les sentiments : de l’amour bien sûr, sous toutes ses formes (Prendre un enfant – Yves Duteil, Je l’aime à mourir – Francis Cabrel, Fais-moi mal Johnny – Boris Vian) mais aussi par exemple du sentiment d’appartenance (Les Allobroges : chanson de montagnards, La Marseillaise : hymne national), de solidarité (Les restos du coeur, We are the world), de l’abandon, ou de la solitude (Ma solitude – Georges Moustaki). Et puis tous les désirs, innombrables (J’veux du cuir – Julien Clerc, La quête – Jacques Brel, Ah si j’étais un homme – Diane Tell).

Des réponses aux questions scénariques

De même que Berne a proposé de considérer les contes de fées2 comme des révélateurs de scénario, les chansons jouent aussi ce rôle. Les textes des chansons proposent une multitude de réponses aux questions existentielles de base sur lesquelles nous écrivons notre scénario. Parmi ces réponses, chacun choisit celles qui correspondent à ses croyances, et qui lui permettent de définir qui il/elle est, qui sont les autres et comment est le monde/la vie3 :

  • Sur moi : Je marche seul (J-J Goldmann), Je suis quelqu’un de l’intérieur (Cabrel), J’ai oublié de vivre (Johnny Halliday), I am a rock (Simon & Garefunkel)
  • Sur les autres : Mon père ne dort plus sans prendre ses calmants (La bombe humaine – Téléphone), Une jolie fleur dans une peau d’vache (Brassens), On est une foule sentimentale, qui a soif d’idéal (Souchon), Les bourgeois, c’est comme les cochons (Brel)
  • Sur le monde/la vie : Il n’y a pas d’amour heureux (Brassens/Aragon), Travailler c’est trop dur (Julien Clerc), Le monde entier est un cactus (Jacques Dutronc), Ce n’est rien, tu le sais bien le temps passe (Julien Clerc), Douce France (Charles Trenet)

Non seulement la chanson propose des réponses aux questions existentielles, mais comme elle parle des moments forts de la vie (naissance, enfance, adolescence, rencontres, vie de couple, séparation, deuils…), elle met en scène des scénarios de vie. (J’ai pas tué, j’ai pas volé, mais j’ai pas cru ma mèreLe galérien, elle a fait un bébé toute seule – Jean-Jacques Goldmann, Ca n’arrive qu’aux autres, mais c’était le notre – Michel Montagné)

La chanson se chante

Elle se chante seul, en famille, en groupe. À la fois le contenu et le processus entrent en jeu, d’une manière qui peut être complémentaire ou même apparemment paradoxale. Par exemple, je (Yannick) pense à ma façon insistante d’écouter Il voyage en solitaire de Gérard Manset, à un moment où je me sentais très seule. Je me souviens du réconfort qu’elle m’apportait. Je n’étais plus seule à traverser la solitude. La mise en relation avec la chanson peut amorcer une prise de conscience, voire une distanciation d’avec la situation.

C’est aussi l’exemple de Tout va changer ce soir de Michel Fugain, qui se termine par tout a changé déjà. Le changement s’est réalisé par le fait d’avoir chanté la chanson.

 

2. Chanson et scénario en thérapie

Il faut tourner la page / Changer de paysage / Le pied sur une berge/ Vierge – Claude Nougaro

Identifier les éléments scénariques

À partir des similitudes entre notre vécu et les situations décrites dans les chansons, il est possible d’identifier les  éléments scénariques et de les travailler par la perlaboration et/ou la redécision.

Travailler l’ailleurs et hier

La chanson, c’est aussi la madeleine de Proust. C’est une clé cognitive et émotionnelle qui permet d’évoquer un contexte très riche. On sait d’après les études sur le fonctionnement du cerveau4 que les souvenirs sont stockés sous forme de combinaison d’éléments cognitifs (pensées, mots), d’émotions et de sensations visuelles, auditive kinesthésiques et olfactives. Un de ces éléments nous permet de recréer en nous le contexte associé à une scène passée, et de nous la rappeler. La chanson permet ainsi de faire ressurgir des éléments du passé associés à des émotions parfois jusque là méconnues.

Une fois la scène ramenée dans le présent, il est possible d’accompagner la personne dans le travail thérapeutique correspondant à la situation contactée. C’est la puissance, par exemple de la chanson Les roses blanches (Berthe Sylva), qui est parfois associée à des contextes personnels douloureux. Cette chanson est venue ouvrir une porte depuis longtemps fermée. Sur un deuil ancien.

Travailler l’ici et maintenant

Le scénario s’actualise dans l’ici et maintenant à partir de décisions et de croyances anciennes. Chanter une chanson, c’est aussi s’exposer au regard des autres, se mettre en scène. C’est laisser entendre sa voix que l’on ne peut masquer et qui parle de soi. Les éléments verbaux et non verbaux sont présentés et représentés, ainsi que les émotions qui sont liées à la prise d’une place centrale dans le groupe, et sous le regard des intervenants (plaisir,peur, honte, …) Le travail thérapeutique permet de prendre conscience de ces éléments.

Ancrer les expériences correctrices

Après les deux types de travaux thérapeutiques : régressif et actuel, le fait de chanter à nouveau la chanson-clé permet d’ancrer les acquis dans un contexte cognitif et émotionnel modifié, en se positionnant différemment par rapport à soi-même et au groupe, ou encore en modifiant les paroles de la chanson pour concrétiser une redécision. Le groupe est un témoin des décisions prises, et la chanson chantée en commun créée un événement significatif qui sert d’expérience correctrice et d’ancrage dans l’ici et maintenant pour vivre différemment les implications d’une scène scénarique passée.

 

3. L’Analyse Transactionnelle comme cadre

Chanter, c’est tout ça, et encore davantage. En tant que transactionnalistes, nous veillons à ce que le travail thérapeutique se fasse de manière contractuelle, en proposant le travail avec la chanson dans le contrat global de la session, et en négociant avec chaque personne un contrat de séance. Ainsi la chanson ajoute aux 3 « P » transactionnels Protection, Puissance et Permission un 4ème « P » : le Plaisir de chanter ensemble.


  1. Article présenté au congrès de l’IFAT 2004 []
  2. BERNE, Que dites vous après avoir dit bonjour, p. 197 : « Pour l’analyse de scénarios, l’histoire de Cendrillon est une mine », p. 205 : « Le thérapeute peut écouter le patient en cherchant dans sa tête quel conte de fées correspond à ce qu’il entend […]Mais le plus simple est encore de demander au patient de raconter lui-même sa vie comme un conte de fées. » []
  3. Voir le système de scénario (ou circuit parasitaire). ERSKINE R.G., et ZALCMAN M., Le circuit du sentiment-parasite: un modèle d’analyse. Actualités en Analyse Transactionnelle 12, 148-156 (1, 185-193 []
  4. Les secrets de l’intelligence, CDROM Edition Hypermind []
Mots-clé

2014 © VRPS Consulting, par Pierre Cocheteux

Analyse Transactionnelle . fr