La structuration du temps est un concept que je trouve très ingénieux : Éric Berne1 a réussi à articuler en seulement six modes l’ensemble des façons d’être en relation avec l’autre.

Quels sont-ils ? Lisez cette illustration… ils y sont tous ! :

Réunion de comité interprofessionnel. En arrivant certains se serrent la main : « Bonjour, comment allez-vous ? », « Bien et vous ? », à la suite les uns des autres (2), mais certains nouveaux membres, inconnus pour un instant encore, préfèrent rester à l’écart et ne se présenter que lors du tour de table (1).

En attendant que la réunion commence, certains, qui ne se connaissent pas encore beaucoup, discutent entre eux : « Quel bel été ! », « C’est vrai que l’année dernière le mois d’août avait été pluvieux», « Ne m’en parlez pas, toutes mes vacances ont été gâchées » (3).

D’autres encore qui se connaissent depuis longtemps et ont d’autres occasions de se voir en dehors du comité : « Toujours d’accord pour ce week-end ? Nous devons arriver à démarrer ce moteur», « Oui, j’ai beaucoup réfléchi, je crois effectivement que si la culasse s’est dévissée et que la chemise du piston a tourné un peu, les trous d’admission et d’échappement ne sont plus en face, tu crois pas ? » (4).

Pendant ce temps, le responsable du comité, qui attend que tout le monde soit arrivé, pose une question à son adjoint, qui, à ce qu’on dit, est un carriériste nerveux : « Alors votre présentation est-elle prête ? », « Oui, cela n’a pas été simple, j’y ai passé tout le week-end mais c’est prêt », « Très bien, mais j’ai réfléchi, finalement vous ne la ferez pas, je crains que cela ne soit encore un peu prématuré » (5).

Les deux derniers membres du comité arrivent tout juste, c’est un couple d’amis qui étaient en train de remettre les pendules à l’heure (6).


Comment structurons-nous notre temps avec l’autre ?

  • Le retrait (1) : les signaux que j’envoie indiquent que je ne souhaite pas rentrer en contact avec l’autre : je ne m’approche pas, je ne lui parle pas ou je ne le regarde pas : je reste dans « mon coin » – ou d’une façon plus inconsciente – je suis dans mes pensées,
  • Le rituel (2) : c’est la façon socialement admise de commencer et de terminer un contact relationnel : c’est ainsi le « bonjour » et l' »au revoir » ; c’est un automatisme culturel. Faites l’essai : répondez « non » à « comment ca va ?« , vous allez probablement sentir une gêne chez votre interlocuteur : ce n’est pas la réponse prévue !
  • Le passe-temps (3) : comme son nom l’indique, c’est une manière de passer le temps, de discuter avec l’autre sans s’impliquer trop dans la relation, la conversation est balisée, elle se fait « toute seule« . L’exemple le plus typique c’est le temps qu’il fait en cette saison, oh m’en parlez pas…
  • L’activité (4) : la relation est instaurée pour faire quelque chose ensemble. La conversation, les gestes sont dédiés à cette réalisation : un compte-rendu, une maquette, un site internet…
  • Les jeux (5) : on retrouve ici les séquences relationnelles qu’Éric Berne a appelé les jeux psychologiques.
  • L’intimité (6) : c’est un moment, bref et peu fréquent, où les interlocuteurs échangent sur ce qu’ils ressentent, de la joie, des sentiments amoureux, de la colère ou de la tristesse, d’une manière authentique, c’est-à-dire sincère et exempte de volonté manipulatoire (de l’autre, de la relation).

À noter :

  • Il n’y a pas un mode qui serait mieux qu’un autre : la plupart du temps, mais pas nécessairement, un échange évolue entre les modes, il pourra aller du retrait ou du rituel à l’activité, ou aux jeux puis revenir vers l’activité… Ainsi, les rituels ont leur importance : imaginez qu’une personne vienne vous voir et commence ainsi « T’as pu faire les plans ? » ! C’est plus fréquent dans le monde professionnel où le responsable d’une réunion peut orienter tout de suite les échanges vers l’objectif.
  • La structuration du temps permet de répondre à notre besoin de structure : aujourd’hui j’irai à mon travail en bus et je serai dans le retrait, puis rituellement je prendrai un café avec mes collègues et je serai dans le passe-temps…
  • Plus vous vous orientez vers un mode relationnel intense (4, 5 et 6) , plus les signes de reconnaissance que vous échangez peuvent être nourrissants2.

Pour aller plus loin :

  • Pour visualiser vos modes relationnels préférés, vous pouvez représenter votre propre structuration du temps selon cet exemple (il est normal que pour les jeux ce soit moins facile… ils sont inconscients !). Vous pouvez faire un diagramme pour votre vie professionnelle, un autre pour votre vie personnelle ou pour une seule personne ; comment je structure mon temps avec mon conjoint, mon enfant…

Diagramme de la structuration du temps


  1. Que dites-vous après avoir dit Bonjour ? Tchou []
  2. Raymond Hostie, Le compas, Classiques AT, Vol. 1 []