par SOMBILON ART, MEDIA and PHOTOGRAPHY

par SOMBILON ART, MEDIA and PHOTOGRAPHY

Imaginez. Cela fait des mois que vous travaillez sur ce dossier particulièrement compliqué et difficile. Les enjeux sont importants pour votre boite. Il y a plusieurs emplois à la clé et un gros contrat…

Parfois, vous êtes restés tard le soir au mépris de votre vie de famille. Vous êtes une personne honnête et réellement dévouée pour votre société, dont vous êtes fier d’être l’un des membres.

Grâce à votre travail de l’ombre, plusieurs questions d’ordre administratif ont été résolues et le dossier avance bien. Hier, vous avez même fait une proposition à votre chef de service : et si, pour faire pencher la balance de notre côté, nous proposions une garantie supplémentaire au client avez vous fièrement lancé ? Par exemple, on pourrait ajouter une garantie supplémentaire de quelques mois.

 

Votre chef a trouvé cette idée géniale et vous a remercié. Oui, mais voilà, ce matin en arrivant au boulot, vous constatez que c’est lui qui en récolte tous les bénéfices auprès du patron. Votre chef s’est attribué votre idée.

Cela ne serait pas grave, si ce n’était la Xème fois qu’il vous fait le coup. Et cela fait des années que ça dure. À la longue, ça use, ça démotive… Il vous est de plus en plus difficile d’accepter cette situation et de le voir vous voler votre carrière et vos idées. Seulement voilà, c’est votre chef, il a le pouvoir sur vous et vous avez peur de perdre votre travail.

Heureusement, il existe une solution : l’assertivité.

L’assertivité consiste à exprimer et à défendre vos droits sans empiéter sur ceux des autres.

Et comment l’analyse transactionnelle peut-elle vous aider à devenir plus assertif ? Grâce notamment au concept des positions de vie, que je vous invite à relire en cliquant sur cette phrase.

Il s’agit d’arriver à vous placer face à votre chef dans une position de vie OK/OK ou gagnant/gagnant.

Le but sera donc ici de lui faire comprendre que pour son intérêt et le votre, il est préférable de travailler ensemble et de récolter ensemble les fruits du travail collectif, plutôt que de s’attribuer les bénéfices du travail des autres, car à terme cela va devenir nuisible pour tout le monde.

Étape n° 1 : Branchez votre État du Moi Adulte.

La première chose à faire pour y parvenir est de brancher votre État du Moi Adulte. C’est à dire de réfléchir à ce qui ne vous convient pas dans cette relation et aussi à chercher différentes options de réponses possibles.

Étape n° 2 : Repérez votre tendance

Dans les situations stressantes, nous avons tous tendance à nous réfugier dans ce que Berne nomme une position défensive.

Vous vous mettez sur la défensive en adoptant une position du type : « j’en ai marre, il est nul ce chef, c’est toujours tout pour lui et rien pour les autres » qui ressemble à un +/- ou en faisant l’inverse  et en vous dévalorisant : « De toute façon c’est toujours pareil, à chaque fois je me fais avoir, je suis nul » qui serait du -/+.

Étape n° 3 : Passez en mode « je suis ok, tu es Ok ».

Retrouvez une position +/+, vous êtes à l’origine de cette idée géniale et votre chef est un homme (ou une femme) adulte qui peut entendre qu’il a commis une erreur en se l’attribuant.

Il s’agit ici de changer provisoirement de position, surtout si vous n’en avez pas l’habitude, en vous persuadant que votre interlocuteur possède des qualités humaines.

Étape n°4 : Négociez

Dans une relation hiérarchique saine, les États du Moi en œuvre sont souvent le Parent Normatif et l’Adulte. Pour négocier il faudra en tenir compte.

Faites-le et dites-moi dans les commentaires ci dessous comment cela a fonctionné pour vous :

2014 © VRPS Consulting, par Pierre Cocheteux

Analyse Transactionnelle . fr + 33 6 38 39 39 33