En psychologie ou en sociologie, un groupe est un ensemble de personnes ayant des caractéristiques ou des buts en commun.

Cette définition pose plusieurs questions :

  1. A partir de combien d’individus peut-on parler d’un groupe ?
  2. Qu’est-ce qu’un ensemble de personnes ?
  3. Qu’est-ce que le commun ?

La théorie des organisations d’Éric Berne, donne quelques clés permettant de mieux comprendre ce qu’est un groupe.

Une précision sur l’observateur avant de débuter :

Avant de s’intéresser aux groupes, il est important de préciser que la  compréhension du groupe dépendra du point de vue de l’observateur.  Ce dernier peut être en effet à l’extérieur ou à l’intérieur du dit groupe.  Et s’il se trouve à l’extérieur, les études récentes de la psychologie moderne ont démontré qu’il y a une relation étroite entre une personne observée et son observateur. Ainsi, l’observé observe son observateur dans l’action de l’observer,  ce qui a nécessairement un impact sur son comportement.

1 – Une masse :

Pour les analystes transactionnels qui observent les groupes, la première dimension des groupements humains est celle des rassemblements indifférenciés.

Plusieurs individus se trouvent au même moment et dans un même endroit, sans avoir de structure particulière et sans que quiconque puisse prédire avec exactitude d’où vient son voisin, ce qu’il fait ici, et où il va.  Dans une masse il est donc impossible de déterminer à quels critères appartiennent les membres de la masse. C’est le premier niveau du groupe.

Dans une masse, il n’y a pas de frontières. Chacun peut entrer ou sortir  du groupe sans que cela ne soit remarqué par les autres.

Exemple : 150 000 personnes sont rassemblées sur la place du Trocadéro à Paris.

2 – La foule :

Si la foule se rapproche de la masse, notamment parce qu’elle n’a pas de frontières, elle s’en distingue  par le fait que chacune des personnes qui la compose cherche à satisfaire le même besoin, le même objectif, ou à aller dans la même direction.

Cependant, si les individus qui composent une foule ont bien quelque chose en commun, ils ne s’accordent pas les uns avec les autres pour le réaliser. Il s’agit donc d’un groupe ayant une direction commune mais manquant de frontières et de leadership.

Exemple : au début du mois de juillet, 300 000 voitures ce dirigent vers le sud de la France.

3 – L’assemblée :

L’assemblée est comme ses prédécesseurs, un groupement d’individus ayant  un but en commun et qui comporte une frontière externe séparant ceux qui en font partie, de ceux qui n’en font pas partie.  Si l’on peut entrer ou sortir d’une foule ou d’une masse sans que quiconque ne remarque rien, dans une assemblée, l’on est, soit dedans, soit dehors. Ici les mouvements entre le dedans et le dehors sont donc observables par un observateur interne ou externe à l’assemblée.

Exemple :  35 000 personnes sont rassemblées au Grand stade de Lille pour suivre un concert.

4 – Le groupe :

Pour que nous puissions parler du groupe,  selon la théorie organisationnelle d’Éric BERNE,  il est donc nécessaire d’être en présence d’un groupement d’individus, qui comporte à minima une frontière externe et une frontière interne qui délimite la zone du leadership. Un groupe est donc une assemblée qui dispose d’au moins un leader, ou d’un groupe assumant la fonction du leadership.

Exemple : Le club de foot municipal,  celui-ci comprend 11 joueurs et 1 d’entraineur.

L’analyse transactionnelle complète donc la définition proposée par la psychologie ou la sociologie en ajoutant l’idée qu’un groupe est une assemblée de personnes, ayant des caractéristiques en commun, disposant d’une frontière externe (qui sépare ceux qui en font partie de ceux qui n’en font pas partie) et une frontière interne (qui délimite la zone du leadership à l’intérieur du groupe lui-même). Là où nous n’avions jusqu’à présent qu’un mot pour définir un groupe, la théorie organisationnelle d’Éric Berne nous en propose quatre : masse, foule, assemblée, groupe.  Nous disposons donc maintenant de quatre outils nous permettant de comprendre le fonctionnement d’un rassemblement d’êtres humains.

À lire à ce propos :

Coacher groupes et organisation avec la théorie organisationnelle d’Éric Berne, François VERGONJEANNE, InterEditions, 2010.

À lire également :

2014 © VRPS Consulting, par Pierre Cocheteux

Analyse Transactionnelle . fr + 33 6 38 39 39 33